Maë :

 

On arrive vers 16 h à Gardens by the bay et tout de suite l’endroit semble féérique. On entre dans un temple de nature, de plantes, et même d’odeurs inconnues. On rentre dans ce paradis de l’an 3000, parce qu’ici les arbres sont aussi faits en métal. On trouve à Gardens By the bay des « supertree » de 25 à 40m, immenses géants de métal qui nous font paraître minuscules. On est bien restés 3h ici, à vagabonder entre les jardins représentants tous les pays asiatiques ; la Chine, la Malaisie, par exemple, y sont représentés. On découvre, on s’émerveille… On passe par des endroits un peu spéciaux, une immense statue d’un bébé dont seulement la main touche le sol… L’art asiatique est spécial, certes, mais au moins c’est bien fait. Il y a aussi ces animaux taillés dans les haies, incroyables singes verts. On peut même entendre leurs bruits en tournant une manivelle ! Si le bruit d’un singe nous a fait sourire, celui d’un vieil insecte pas agréable à voir… Ça fait peur à certaines, encore plus quand les photos détaillées sont à côté.

On déambule, on déambule, on se perd dans ces immenses jardins et parfois on passe à côté de la Singapore river qui semble surplomber toute la ville. Parfois on redécouvre la ville quand on s’y attend le moins, et à d’autres moments, on se rend compte à quel point ses contrastes sont saisissants, par exemple quand on tombe sur une sorte de parc pour enfants avec de gigantesques jets d’eau qui fonctionnent au mauvais moment… Par exemple quand on veut se tremper les pieds :)

Le moment le plus saisissant de la visite est arrivé vers 19h. Nous voulions visiter les serres, mais il était trop tard, alors nous sommes simplement allés à côté des Supertrees, pour pouvoir les admirer et profiter du spectacle des lumières qui était programmé plus tard. En arrivant, on s’aperçoit d’une énorme foule qui regarde une scène. On s’approche, curieux de voir ce que font les Singapouriens à 19h30 à Gardens by the bay… Une petite dizaine de thaïlandaises étaient en train de danser sur une musique traditionnelle. Même pas dix ans, on se rend compte à quel point leurs mamans avaient passé du temps pour qu’elles soient parfaites : leurs costumes, cousus main, dorés, parfaits, dont une avait une sorte de couronne sur la tête qui devait être difficile à supporter pour une petite de son âge…. Mais aussi leurs chignons, tirés aux quatre épingles, et leur maquillage, certes trop voyant à mon goût, qui les faisait peut être paraître 3 ans de plus, mais elles étaient si mignonnes à regarder qu’on a décidé de rester … Et on a bien fait. Le présentateur, type Ken asiatique, t-shirt qui veut se paraître stylé sous sa veste de costume bleu clair, explique aux retardataires comme nous que c’est la Journée de la Jeunesse à Singapour et que les écoles/collèges locales et des environs sont venues nous présenter quelques spectacles. Il appelle sur scène une gamine qui, elle, devait avoir 8 ans. Une petite fille de couleur noire très mignonne, qui n’était pas du tout aussi apprêtée que les thaïlandaises précédentes, monte sur l’estrade. Le présentateur nous annonce qu’elle va chanter une chanson, et je me dis « ohh que ça va être mignon ». Quand il nous dit que ça va être « Listen » de Beyoncé, je me dis « oula… ». Et là, un des moments qui, je pense, va rester dans le top 5 des moments les plus magiques, les plus dépaysants et les plus incroyables du séjour. La petite se met à chanter et tout le public se met à vibrer. Je ne m’attendais pas du tout, et personne ne s’y attendait, qu’elle chante aussi bien : une voix d’une femme de 30 ans dans un corps de petite fille, c’est saisissant, surtout dans un cadre aussi magique que celui-ci : les supertrees illuminés, la nuit qui était tombée, la foule qui était subjuguée. Nous avons toutes les 4 versé notre larme, il faut l’avouer, parce que ce n’était pas surjoué, comme souvent quand on entend Beyoncé, non, c’était parfait, et il faut avouer que la petite fille savait comment il faut faire pour attirer une scène. Elle se tournait vers tous les côtés du publics même les moins bien placés comme nous, et avait l’air de tellement croire à ce qu’elle disait, alors que c’est une chanson « de grande »… À la fin, tout le monde l’a acclamée et nous nous y sommes mis aussi. Et à peine la mélodie commence à raisonner dans Garden by the Bay que le silence s’installe dans le public. Les notes se font entendre, justes, transcendantes, nous touchant chacune et sans aucune raison de manière très particulière. Certains chanteurs ont des dons pour vous toucher en vous rappelant certains instants, certains souvenirs. Des les premières paroles, cette petite nous a fa

garden by the bay

it frissonner : c’était incroyable.

En suivirent des danseurs contemporains chinois ; tous des petits garçons qui ne devaient avoir pas avoir plus d’une dizaine d’années aussi, qui m’ont semblé assez prometteurs et surtout particulièrement synchronisés, et un final assez caustique dans lequel tous les enfants se sont rassemblés pour chanter ce qui je pense est l’hymne de Singapour, ou du moins une chanson d’amour à la patrie. C’était assez touchant mais cela m’a semblé un peu « trop », trop « j’aime mon pays, je l’adore », trop forcé finalement.

Enfin, ce spectacle étant fini, nous avons attendu le spectacle des lumières qui était tout aussi fabuleux que le spectacle des enfants. La pluie a commencé à tomber et nous nous sommes aussi émerveillées devant ces arbres gigantesques qui étaient de toutes les couleurs sur de la musique adaptée. Tout était parfait, personne ne parlait, trop subjugués par le spectacle et l’envie de s’en mettre plein les yeux. Je ne vais pas passer des heures à détailler les couleurs des arbres qui passaient qui s’illuminaient, tantôt l’un, tantôt l’autre, mais le sentiment que nous avons ressenti à la fin du spectacle est indescriptible.

Et pour terminer cette ballade en beauté, nous sommes tombées par hasard sur un feu d’artifice donnant sur Marina Bay, où les étincelles se reflêtaient dans la rivière et les buildings, encore plus grands que les « supertrees »…

Bref, c’était un début de soirée incroyable, qui laissait apparaître une soirée bien prometteuse, durant laquelle nous avons pris une autre altitude…