Photo du 07-07-14 à 23

Article par Corentin(Le 5eme colloc)

Brun 1 était dans la merde. Brun 1 était sans logement fixe pendant une petite dizaine de jours et recherchait désespérément un endroit ou poser ses valises. Et puis Brun 1 rencontre 3 blondes qui venaient d’arriver à Singapore pour 6 mois, blonde 1, blonde 2 et blonde 3.

 

Lors de quelques soirées arrosées blonde 1 propose à Brun 1 de poser ses affaires dans la colocation de blondes en attendant de rejoindre son nouveau logement.

Brun 1 demande tout de même confirmation à blonde 1 le lendemain, en effet son enthousiasme paraissant un peu trop débordant sous l’effet de l’alcool.

 

Chose promise chose due, je pose mes affaires dans la colocation, blonde 4 venant d’arriver, quelques connaissances communes à la clé.

 

En tant que seul homme (et brun) de la colocation, j’adresse ici un point de vu neutre, impartial, objectif.

 

Je tiens premièrement à démentir les clichés du genre « tout le monde se balade en string dans l’appart » quoique blonde 2 m’a expressément fait comprendre qu’elle avait hâte que je me casse pour justement pouvoir le faire.

Par contre j’ai bien sur le droit à « putain quelqu’un a des tampons ? ». 

L’ambiance est plutôt détente.

 

L’organisation est plutôt efficace, pas de queue à la douche (blonde 1, 2, 3 et 4 ne sont pas des princesses casse couilles) et la cohabitation se déroule plutôt  bien entre le sexe masculin et le sexe féminin. Car nous le savons tous, le plus dangereux reste la cohabitation entre filles. Pour l’instant, les choses tiennent. Je m’efforce de partir en premier le matin avec blonde 1 pour éviter les tensions entre blonde 2 et blonde 3 sur l’extinction de la clim dans l’appart et sur le fait que « putain blonde 3 et blonde 4 arrêtez de partir 45 secondes devant moi c’est moi qui me tape de tout vérifier dans l’appart ».

 

Début juillet arrive, mon super plan logement est enfin disponible, chambre et salle de bain privée, un arrêt de MRT du boulot (…). Mais je me dis que finalement je ne suis pas plus mal dans cette colocation, 30min du boulot, 1 bus et deux métro différents et à dormir dans le salon. Au moins l’ambiance est clairement au rendez-vous.

 

On me propose de rester, j’essai de savoir ce que blonde 2 en pense vraiment vu que j’ai bien compris qui était la chef à l’appart. Elle me répond très clairement que si je l’emmerdais elle n’hésiterait pas à me le dire. C’est noté.

 

Je m’efforce de contribuer modestement à la colocation, je ramène quelques bouteilles de vin le soir pour détendre tout le monde après une dure journée de boulot.

 

Sinon j’ai progressivement « la chance » d’assister à quelques conversations de filles, je me rends compte alors à quel point, nous les hommes, nos oreilles sifflent à propos nos performances sexuelles. C’est noté, je n’ose plus rien faire, je m’abstiendrais pour le reste de ma vie.

La parole se libère au fur et a mesure que j’écris, nous prenons de plus en plus cher.

 

Ce qui à de plus intéressant avec blondes (1 à 4) c’est qu’elles sont toutes différentes. 1 couleur de cheveux (quoi que blonde 3 est presque l’intrus ici), 4 caractères très différents, tous aussi funs les uns que les autres.

 

Blonde 1 est une très bonne oreille pour m’écouter lui raconter ma vie et mes problèmes (en a-t-elle seulement quelque chose à foutre ?).

Blonde 2 est une très bonne ethnologue concernant les populations autochtones (quoique qu’elle fasse exactement la même chose que tout ce qui l’insupporte chez les asiatiques).

Blonde 3 est une très bonne compagnon de Coupe du Monde de football (parfois ridicule, surtout très mignonne).

Blonde 4 me fait beaucoup rire à manger ses salades, elle a bien raison, c’est surement la plus grosse d’entre nous.

 

Je ne veux plus partir, elles me manqueront.

 

To be continued

 

Corentin